Wheelchair.ch
Le site qui «en dit plus»
 
Avion… Nous tout prÉvu !
ou Comment voyager par les airs… L'air de rien
AÉroportsCompagnies d'aviation & Agences de voyage pour les voyageurs handicapés
ATTENTION : Il est toujours prudent de prendre contact avant de se déplacer!
Ces informations ont peut-être été mises-à-jour !
N'hésitez pas à signaler les modifications...
Les prochains visiteurs vous en remercient aussi.
Faire un don / Donate Traduction automatique…
Fondation SEREI : Agence de voyage avec offre pour personnes handicapées de Suisse romande
Handi.... cap Vacances
Base de données Mobility International Suisse
Fondation Avec
Reduced Mobility Rights
 
«Voyager en avion avec un Swiss-Trac» (document .pdf) de l'Association Suisse des Paraplégiques - SPV

Droits des passagers handicapés ou à mobilité réduite :

Les personnes handicapées ou à mobilité réduite voyageant par avion bénéficient dorénavant en Suisse des mêmes droits que dans l'Union européenne
Règlement du Parlement européen et du Conseil concernant les droits des personnes handicapées et des personnes à mobilité réduite lorsqu'elles font des voyages aériens :
Attention : Prendre connaissance des consignes de sècurité de l'aviation bien que celles-ci s'appliquent rarement aux personnes handicapées, nécessitant du matériel médical d'accompagnement …
Pour en savoir plus consulter également la page d'Égalité Handicap

Droits des passagers: les refus injustifiés «restent un problème» pour les passagers aériens handicapés selon la Commission

Les principaux problèmes abordés sont les suivants :
  1. la notification préalable: la Commission souligne l'importance de cette démarche dans ses orientations. En effet, les personnes handicapées ou à mobilité réduite nécessitant une assistance particulière doivent en informer le transporteur ou l'exploitant aéroportuaire au moins 48 heures avant la date de départ prévue afin de laisser aux prestataires de services le temps de s'organiser.
  2. les refus injustifiés: les refus d'embarquement ou les exigences abusives, telles que l'obligation de présenter un certificat médical ou de voyager avec un accompagnateur, sont monnaie courante.
    • s'agissant des certificats médicaux: la Commission précise qu'aucun certificat ne peut normalement être exigé d'un passager dont le handicap est stable (non-voyants ou personnes en fauteuil roulant, par exemple);
    • s'agissant des accompagnateurs: la Commission indique qu'une personne autonome ne doit être accompagnée que si des raisons de sécurité particulières l'imposent; dans ce cas, le voyageur doit en avoir été informé.
  3. Matériel médical et équipement de mobilité
    • Équipement de mobilité: les orientations de la Commission indiquent que les voyageurs handicapés ou à mobilité réduite peuvent emporter gratuitement deux pièces d'équipement de mobilité. Le voyageur qui se déplace en fauteuil roulant électrique est tenu d'en informer le transporteur au moins 48 heures à l'avance. Les chiens guides ou d'assistance reconnus peuvent voyager en cabine à condition d'avoir été signalés suffisamment à l'avance. Dans tous les cas, le matériel sportif qui n'entre pas dans la catégorie des équipements de mobilité est soumis aux règles générales du transporteur en matière de bagages.
    • Transport d'oxygène: le voyageur qui doit absolument utiliser de l'oxygène pendant le vol doit en informer au préalable la compagnie aérienne. La Commission précise que c'est au transporteur de décider si un passager peut emporter son propre approvisionnement en oxygène et que rien ne l'oblige à le lui fournir. Il doit en revanche en informer clairement le voyageur.

Droits des passagers: ce que les passagers à mobilité réduite doivent savoir lorsqu'ils voyagent en avion

Les droits consacrés par le règlement de l'UE sont les suivants :
  • le droit à la non-discrimination lors de la réservation d'un vol ou de l'achat d'un billet d'avion;
  • le droit de voyager sur un pied d'égalité avec les autres passagers;
  • le droit d'être informé des règles de sécurité appliquées par les transporteurs aériens;
  • le droit à une assistance gratuite dans les aéroports et à bord des avions;
  • le droit de transporter gratuitement deux pièces d'équipement de mobilité.
Tout en rappelant que l'assistance concerne avant tout des passagers handicapés et des passagers âgés, la Commission indique que d'autres personnes vulnérables, à la mobilité réduite, peuvent avoir besoin d'une assistance dans certains cas.

La Commission souligne que si les demandes d'assistance doivent être proportionnées et adaptées aux besoins spécifiques des passagers, l'assistance ne doit en revanche faire l'objet d'aucune restriction injustifiée.

Cela étant, il convient de noter que la mobilité d'un passager pourrait être considérée comme réduite à l'aéroport (par exemple, dans les aéroports où les distances sont très longues ou dans les zones de correspondance), mais pas à bord de l'avion; dans ce cas, l'assistance n'est obligatoire qu'à l'intérieur de l'aéroport.
Quelques règles de base et recommandations avant le départ…
Avant tout voyage, il faut veiller au points suivants :
  • Bien planifier le voyage en prenant en compte toutes les éventualités ainsi que le détail des accessibilités des lieux qu'on aimerait visiter
  • Penser à prendre toutes les assurances nécessaires (notamment vol, maladie, accident, rapatriement d'urgence ou protection juridique)
  • Bien signaler son handicap à tous les intermédiaires (avions, navettes, trains, lieux de séjour, guides…) et si possible en avoir toujours des confirmations écrites
  • Penser au régime alimentaire sur place et aux éventuels allergies ou problèmes que cela peut créer si la nourriture locale est inmangeable ou inconvenablement stérilisées. Prévoir si nécessaire des alternatives
  • Prendre avec soi et en quantité suffisante tous les médicaments ou ustensiles médicaux nécessaires.
    Penser également aux éventuels problèmes sanitaires et alimentaires ou comment se procurer des médicaments sur place en cas de nécessité.
  • Prendre avec soi une liste de mots et expressions locales utiles ou vérifier que tous les intervenants sur place pourront vous comprendre en cas de besoin
  • Toujours prévoir des plan B en cas de malaises, de problèmes alimentaires, d'accidents, de problèmes de santé, de problème d'argent ou autres
Le facteur chance a certes aussi son rôle à jouer. Mais c'est souvent à ce prix, en préparant bien son déplacement avant le voyage qu'on peut le mieux en profiter librement et l'esprit tranquille.
Lire également : Dossier Reduce Mobility

Comme le montre bien ce reportage de USA Today, les compagnies aériennes sont souvent peu soigneuses avec le matériel à bord. Et même si, en cas d'incident, elles doivent rembourser / remplacer le fauteuil roulant, le déambulateur ou tout autre matériel perdu ou abîmé, de telles situations sont toujours la source de soucis, de stress, de procédures, de contestations, de problèmes en tout genre voire de malaises.
Pensez à bien sécuriser, consolider et étiqueter vos objets personnels.
N'oubliez pas non plus de prendre sur vous, des copies des justificatifs importants et les médicaments de première nécessité pour éviter autant que possible les ennuis ou répondre aux demandes officielles des services aéroportuaires, au cas où.
Ne prenez pas les documents originaux pour ne pas risquer de les perdre, mais des copies.


Informations et Expèriences : Le désert des airs…

Nouvelle violence et humiliation envers une personne handicapée

Les régulations anglaises qui régissent l'aviation publique et les codes de sécurité inclus sont si flous et permissifs qu'ils permettent toute interprétation et donnent toute liberté pour les compagnies ou les transporteurs peu scrupuleux. Et c'est souvent au détriment des plus faibles et des personnes fragilisées ou handicapées que des injustices en découlent.

À la déjà trop longue liste des cas d'abus et de violence envers les personnes handicapées vient s'ajouter l'humiliation d'une enseignante de Rheims. Car mercredi 6 juin 2018, après avoir dispensé un cours à l'École Nationale de l'Administration Pénitentiaire (Enap), Martine Herzog-Evans, professeure de Droit privé à l'URCA, Université de Reims-Champagne-Ardenne, se voit refuser la possibilité d'embarquer pour son vol retour sur ordre du commandant de bord de la compagnie HOP! - Air France.
Se basant classiquement sur des supposés risques et conséquences en cas d'accident ou d'avaries, la personnes handicapées peu mobile et non autonome devenant un fardeau supplémentaire pour l'équipage, les accès leur sont souvent refusé lorsqu'elles ne sont pas accompagnées. Un peu comme pour des mineurs en bas âge, on considère que la personne handicapée non accompagnée met en danger tout l'équipage et au delà, tous les autres passagers, par la surcharge de travail ou le surcoût d'attention qu'elle peut nécessiter. C'est-à-dire, qu'en les infantilisant, on renie aux personnes handicapées leur pouvoir de décision et leur responsabilité dans tous leurs gestes et les conséquences de leurs actes, cela même lorsque lesdites personnes handicapées sont des personnes très actives au quotidien ou dans des postes importants.
Est-ce donc cela qu'on appelle donc un traitement équitable et l'égalit&eacuute; des droits ?! Mais de qui se moque-t-on si ouvertement ?

Mais jusqu'à quand va durer cette mascarade ?
Les personnes handicapées ne sont-elles pas suffisamment éclairées et responsables pour connaître et asumer les risques qu'elles encourent lorsqu'elles vivent seules, travaillent seules, se déplacent seules et sans accompagnement et donc, prennent l'avion seules ?
  • Demain, ira-t-on jusqu'à interdire les nouveaux-nés sous prétexte que s'ils crisent, qu'ils vont déranger tous les passagers et mettre à mal les conditions de vol ?
  • Demain, ira-t-on jusqu'à interdire les personnes enrhumées sous prétexte qu'elles vont contaminer, perturber et fragiliser tout le personnel de bord ou qu'il n'y a pas de place en quarantaine à bord pour elles ?
  • Demain, ira-t-on jusqu'à interdire les enfants turbulents sous prétexte qu'ils vont courir dans les allées ou s'agiter sans cesse et, ce faisant, accaparer l'attention du personnel de vol ?
  • Demain, ira-t-on jusqu'à interdire les personnes indécises ou émotives sous prétexte que, dans le doute et dans une situation de panique, elles risquent d'avoir une attitude dangereuse, hésiter trop longtemps et mettre à mal la sécurité des autres passagers ?
  • Demain, ira-t-on jusqu'à interdire les personnes en surpoids sous prétexte qu'elles prennent trop de place et qu'elles vont obstruer les accès pour les gens bien-portants ou gravement déformer les gilets, les rampes et les autres installations de sauvetage ?
  • Demain, ira-t-on jusqu'à interdire les personnes qui font de la sur-ventilation car elles risquent de consommer l'oxygène des masques bien au delà que ce qui leur est dû et entamer le stock disponible aux autres passagers ?
Jusqu'où va-t-on pousser cette abjecte classification des personnes et de leurs droits de classe ou de race ?
(en savoir plus DNALe DauphinéFrance BleuFranceTV InfoLe Figaro20 MinutesLe ProgrèsPage personnelle de Martine Herzog-Evans, )

Un vol dans le ciel comme une descente en enfer

L'absurdité d'une réglementation inadaptée, déraisonnée et faite par des valides pour des valides, appliquée, qui plus est, par des gens bornés et irrespectueux, cela donne le pire du pire quand on aurait aimé bien mieux…
On connaissait les compagnies qui refusent d'embarquer des passagers handicapés non-accompagnés, celles qui les font descendre de l'avion manu militari si nécessaire, mais là on franchit encore un stade de plus dans l'abjection.

Lucy Bourgeois, polyhandicapée, souffrant entre autres, de scoliose ou d'ostéoporose et dépourvue de tonus musculaires dans la colonne vertébrale, ne peut pas se tenir assise comme n'importe quel passager. Pour y remédier, hors de son fauteuil, elle utilise un support spécial qui la maintient en position et l'empêche de glisser en avant.

Pour fêter ses 18 ans, sa mère, Amarantha Bourgeois, avait mis des mois à préparer un voyage en Espagne. Ainsi, "je me suis bien assurée [auprès de Vueling] des dimensions des sièges de l'avion pour faire fabriquer ce support", explique-t-elle. Si le voyage aller, Paris - Barcelone, s'est déroulé sans trop de peine, le personnel de vol ayant permis à Lucy d'être installée au premier rang, là où les places sont plus larges et les sièges plus adaptés au matériel orthopédique, il n'en a rien été pour le retour.

Le nouveau personnel de bord s'est montré beaucoup moins flexible : c'est un refus catégorique. "L'hôtesse nous dit que c'est impossible de l'installer aux rangs de devant. Elle va chercher le pilote qui nous explique que c'est une question de sécurité", prétendant que cela mettrait en danger les autres passagers en cas d'une évacuation d'urgence, raconte la mère. Le pilote du vol VY8022 leur demande alors de débarquer. "Je lui ai expliqué que rester à Barcelone, sans solution de logement(...), c'est très compliqué".

Mais rien à faire devant l'entêtement d'un équipage procédurier. Lucy finira par voyager allongée sur les genoux de sa mère qui l'a tenue de son mieux de l'empêcher de glisser. "Ses mouvements étaient totalement incontrôlés, décrit sa mère, elle aurait pu se faire très mal."
Surtout que dans ces conditions, Lucy "a fait trois petites crises d'épilepsie sur un vol d'une heure et quart, au décollage et à l'atterrissage".
À ce jour, la compagnie Vueling n'aurait pas fourni d'explication mais aurait présenté des excuses et entamé une enquête internedwe responsabilité.
Mais est-ce qu'une procédure efface les risques et les blessures ?
Combien d'autres enfants ou adultes handicapés devront encore souffrir de la petitesse d'esprit de fonctionnaires ne sachant pas fonctionner sans leur laisse ?
(en savoir plus : L'ExpressFranceTV InfoLe ParisienParis MatchHuffington PostLCiOuest France20 MinutesPage TwitterPage Facebook)

Bluebotics… Un écran tactile monté sur un robot-aspiateur pour faire le ménage à l'Aéroport de Genève ?

Si sur le papier l'idée de ce robot entrée en service courant 2012 peut sembler intéressante, qu'en est-il dans la réalité ?
Robot Bluebotics à l'Aéroport de Genève

Expérience faite, ce robot peut, dans certains cas, renter en contact avec les voyageurs, en particulier quand ceux-ci sont en mouvement. La faute, selon un technicien présent sur place au stand d'information, au fait que ce robot ne dispose d'aucun capteur au-dessus de son socle. Cela revient à dire que ce robot ce comporte comme un robot-aspirateur et ne détecte les objets au sols, pour autant que ceux-ci soient volumineux ou fixes ! Est-ce à dire que ce robot n'est rien d'autre qu'un robot-aspirateur surmonté d'un écran tactile qui le rend interactif ?

Dans le cas de personnes aveugles ou malvoyantes ou dans le cas de personnes en fauteuil, comment se comporterait alors le robot ?
Quand les premiers se dirigent vers ce robot relativement silencieux sans aucune conscience que celui-ci se trouvent sur leur chemin, le choc est-il évitable ? On peut craindre que non…
La personne à mobilité réduite peut par contre, en s'immobilisant éviter le robot qui, plutôt lent, va finir par détecter leur présence. Ou alors de dévier leur chemin, l'utilisation de l'écran sera de toute façon bien difficile pour elle car les points à toucher sur l'écran sont souvent en hauteur !

N'aurait-il alors pas été préférable que ce robot-gadget fasse des bip-bip distinctif pour marquer sa présence, même pour les non-voyants, ainsi que de disposer de double-commandes pour permettre son utilisation par les personnes de courte taille ou en fauteuil roulant ?

IndiGo Airlines, dans la bonne direction

À la suite d'une plainte déposée pour mauvais traitement en décembre 2013, la compagnie aérienne indienne à bas coûts a décidé de revoir toute sa politique de prise en charge des voyageurs à mobilité réduite.

Ainsi, la compagnie qui appliquait des frais d'assistance pour les voyageurs en fauteuil roulant - $44 à Dubaï ou encore $77 à Muscat -, impliquant la responsabilité de la surcharge aux aéroports eux-mêmes, est entrée en discution afin de se mettre en conformité avec l'autorité indienne DGCA (India Civil Aviation Authority) qui prône la gratuité.

De plus, puisque la règlementation internationale exige que le nombre de passagers handicapés soit inférieur ou égal au nombre de passagers valides aptes à leur porter assistance en cas de danger et que par ailleurs, la compagnie limite, pour des questions de sécurité, à 4 le nombre de passagers lourdement handicapés par vol, elle va dorénavant veiller à donner une formation toute particulière à ses employés afin qu'en vol, ceux-ci puissent aussi apporter leur expertise.
(source : Reduced Mobility Rights)

De plus, la compagnie indienne à bas coût promet la mise en place de plates-formes mobiles là où des rampes d'accès ne sont pas disponibles pout les voyageurs handicapés.

(source : Reduced Mobility Rights)

Un problème de poids dans un avion de plusieurs tonnes ?

Kevin Chenais, âgé de 22 ans et souffrant dérèglement hormonal avec comme conséquence un gros excès de poids, 230 Kg, s'est vu refusé l'embarquement sur British Airways ou le paquebot Queen Mary. Il a tout de même finit par pouvoir rallier New-York à Londres avec ses parents dans un avion de la compagnie Virgin.
(source : FranceTV InfoTF1 NewsMetroNews)

Boieng 777X, l'avion le plus accessible au monde ?

Le Boieng 777X ou B777X, le dernier né de la famille des Triples 7, est attendu aux alentours de 2016-2017. Il est nommé "l'avion le plus accessible" par les uns alors que Business Traveller ou les lecteurs de Premiere Traveller Magazine l'ont déjà élu merilleur avion de ligne plusieurs fois en 2012.
Il faut aussi prendre en considération que ces deux prix sont décernés par des usagers américains voyageant essentiellement sur sol américain et très attachés aux produits américains dont Boeing. Est-ce que ceci explique cela à lui tout seul ou y a-t-il un véritable plus dans cet avion par rapport aux autres et principalement aux Airbus ?
(source : Reduced Mobility RightsWikipedia - Histoire des avions Boeing 777SMHBoeing 777)

US Airways amendé pour non-respect des voyageurs handicapés

Le département américain des transport, US Department of Transportation, a infligé une amende de 1.2 million de dollars à la ciompagnie aérienne US Airways pour ne pas avoir offert une assistance convenable à plusieurs reprises et contrevenu de fait au Air Carrier Access Act.
Ainsi peut-on lire le cas d'Albert Rizzi qui a été reconduit hors du US Airways Vol 4384 à cause d'un différent à propos de son chien guide Doxy ayant conduit à des échanges verbaux mouvementés.
En cause, le chien s'était naturellement couché sous le siège passager de son maître alors que l'intendance aurait voulu le savoir plutôt sous un autre siège.
(source : The ConsumeristReduce Mobility Rights)

Delta Airlines l'aurait forcé à ramper plutôt que de lui fournir un fauteuil roulant

Un passager américain intente une procédure de plainte contre la compagnie Delta le 23 juillet 2013 à qui il reproche de ne pas lui avoir fournit l'assistance nécessaire.

Les faits remontent à l'année précédente, à juillet 2012. D. Baraka Kanaan, souffrant d'une paralysie spinale depuis son accident de voiture en l'an 2000, aurait averti la compagnie des semaines à l'avance afin de disposer d'une assistance pour accéder à son siège d'avion. Si au téléphone la compagnie aurait été compréhensive, une fois sur place, en arrivant à l'aéroport de Maui (Hawaii), on lui aurait fait comprendre qu'il était tout simplement impossible de disposer d'un ascenseur ou que quelqu'un quitte son poste pour venir l'épauler.
En conséquence, ce jeune homme de 40 ans a dû franchir le tarmac en se traînant par terre et monter les marches en se rampant jusqu'à son siège.
Pour son voyage de retour, à l'aéroport de Nantucket (Massachusetts), il en aurait été de même, bien que cette fois-ci une hôtesse lui aurait proposé une feuille de carton afin de mieux protéger ses habits.

Après s'être plaint à la compagnie, M. Kanaan dit que celle-ci lui aurait proposé 100 dollars et 25'000 miles à titre de dédommagement.

Cela a été vécu de façon d'autant plus humiliante que, selon M. Kanan, il a avait un ascenseur non utilisé à quelques mètres de là, apartenant à la compagnie JetBlue et qui aurait très bien pu servir ici.

Il est à rappeler qu'en vertu du Air Carrier Access Act (ACAA) américain, tous les aéroports et transporteurs avec plus de 31 passagers sont tenus de fournir tout l'assistance nécessaire aux personnes souffrant de handicap, en le mettant à disposition des rampes, ascenseurs mécaniques ou tout autres moyens utiles losqu'il n'est pas possible de disposer des passerelles et installations conventionnelles.
(sources : Cape Cod TimesStuff NewZealandeTurboNewsWCVB, New York DailyNewsTravelers TodayNews Australie)

À cause de dix marches, une fille handicapée se voit rejetée du vol Paris-La Réunion

Juliette Laborie, une jeune fille originaire de Basse-Goulaine, en partance avec son père pour La Réunion, aurait bien voulu prendre l'avion Corsair du 7 juillet 2013.

Mais, polyhandicapée de naissance, la jeune fille doit maintenir une position à 130° depuis une opération médicale faite en 2007. Mais voilà, classe « Grand Large » se situe au premier étage, ce qui nécessite de monter dix marches. Et bien que le père se soit proposé pour porter sa fille, cela a été formellement refusé par le commandant de bord, invoquant des questions de "sécurité".

Elle a bon dos pour faire tout et n'importe quoi, la sécurité… une fois de plus !
(sources : Ouest FranceMaville Nantes.
Une voix qui résonne, association de Juliette Laborie)

Norwegian, une compagnie à bas coût mais grand intérêt pour les personnes handicapées

Élue meilleures compagnie européenne à bas coût pour 2013 par SkyTrax World Airline Awards, la compagnie norvégienne Norwegian Air Shuttle offre l'enregistrement rapide sur tous ses appareils modèle 737-800.

Et selon les dires du porte parole de la compagnie, la restriction appliquée est ici de "4 personnes à mobilité réduite et non accompagnées par membre d'équipage au maximum", soit au total 16 personnes handicapées à mobilité réduite voyageant seules par vol. "près de 20'000 clients nécessitant des besoins spécifiques ont voyagé sur ces vols en 2012"
À titre de comparaison, la compagnie allemande GermanWings n'accepte que 5 personnes à mobilité réduite par vol.

Les personnes handicapées voyageant seules avec la Norwegian, troisième compagnie européenne à bas coût en terme de fréquentation, doivent toutefois pouvoir :
  • attacher et défaire leur ceinture de sécurité.
  • sortir et attacher leur veste de sécurité ou leur masque à oxygène.
  • atteindre une sortie de sécurité.
  • comprendre les instructions de sécurité données en vol. Indifféremment, que ce soit les consignes orales ou les indications visuelles.
Autant dire que pour pouvoir faire partie du nombre, il faut vraiment que la perte de mobilité soit légère, voire très légère ! Ou que le handicap souffert soit une surdité, totale ou partielle, uniquement.

Les avions de ligne 737-800 n'emparquent que 5 fauteuils électriques au maximum par vol. Cette limite descend encore à 2 unités seulement sur les avions modèle 737-300. La dimension maximale admise pour ces fauteuils électriques doit être alors de 140 cm en longueur, 114 cm en largeur et 85 cm en hauteur pour un poids total ne dépassant pas les 200 kg.
Les fauteuils élextriques sont pris en charge gratuitement.

Les vols Norwegian Air Shuttle accepte également gratuitement les chiens-guide pour malvoyants, sauf pour les vols reliant les Royaumes Unis où la lesgislation de l'Animal Health and Veterinary Laboratories Agency – AHVLA interdit de faire rentrer des animaux dans les pays.

Par ailleurs, si le site Internet de la compagnie dispose d'un accès direct "Special Assistance" directement sur la page d'accueil, les voyageurs handicapés norvégien doivent, quant à eux, ouvrir le "Customer Services" (service à la clientèle) afin d'activer toute demande d'assistance.

Aussi étonnant que cela paraisse, ça reste toutefois moins dérangeant pour par exemple pour le site des vols à petits prix jet2 où, pour profiter d'une assistance, il faut se rendre sur la page dédiée aux questions, mais presque aussi bien que pour Easyjet qui offrent un accès direct "Special Assistance" pour tous directement sur la page d'accueil.
(traduction libre. Source : Reduce Mobility)

RyanAir améliore ses services pour passagers handicapés

Souvent critiquée pour ses services vis-à-vis des personnes handicapées, la compagnie semble vouloir tout remettre à plat et revoir les pratiques tels que connus par le passé.

Dorénavant, les passagers à mobilité réduite se verront réserver des sièges sur les rangées 26/27 des avions, qui en comportent 32, pour éviter toute confusion ou désagrément. La pratique de bloquer des places pour les personnes handicapées n'est pas une nouveauté en soi mais un pas en avant pour la compagnie qui jusqu'ici n'avait guère pris de dispositions pour ces passagers sensibles.

Mais la grande nouveauté reste la décision de permettre l'embarquement de plus de passagers handicapés par avion et jusqu'à hauteur de 50% du total de voyageurs embarqués. La limite est toutefois réduite à quatre dans le cas de passagers souffrant d'une perte de mobilité totale.

“The limit of four passengers with reduced mobility per flight applies only to those passengers that are immobile. All other passengers with disabilities cannot exceed 50% of the total of able bodied passengers booked on the required flight”, selon les dires du responsable de la communication de la compagnie.

Ceci distingue RyanAir d'autres compagnies à bas coût comme par exemple la compagnie allemande AirBerlin qui impose toujours une limitation drastique à deux passagers handicapés par avion, invoquant pour cela des raisons de sécurité aérienne.

Les avions RyanAir embarqueront également des fauteuils de couloir pour permettre aux passagers handicapés de pouvoir se déplacer durant le vol et d'accéder aux toilettes, ce que, par exemple, Easyjet ne fournit pas encore.

Pour finir, la compagnie limite à quatre par vol le nombre de chien-guide alors que, par exemple, la compagnie à bas coût GermanWings, propriétée du Groupe LuftHansa, n'en autorise qu'un seul.
(traduction libre. Source : Reduce Mobility)

L'Aéroport de Genève se fait encore remarquer… malheureusement en pire

On savait déjà que l'Office d'information et de tourisme, le Visitor's Center, avait été construit inadapté et dépourvu d'aucune information substancielle pour handicapés ni marquage au sol pour malvoyant ni document spécifique… On savait l'absence de voiture de location pour handicapé, des places de parc réservées payées plein tarif, des distributeurs de billets mal adaptés, un service d'assitance GVAssistance débordée par les demandes… Mais voilà du nouveau.

Comme il fallait s'y attendre, ce qui devait arriver arriva le samedi 29 juin 2013. Dépassé par les demandes, émanant pour la plupart de personnes pourtant parfaitement valides mais inconfortables (surpoids, convalescence, fatigue, maux de pied, etc.), par ailleurs en sous-effectif notoire, GVAssistance a ni plus ni moins oublier deux passagers, un jeune homme handicapé et son père, sur le bas côté, leur faisant manquer leur avion.

Heureusement, cette fois, l'histoire a fini bien. Mais combien de cas faudra-t-il encore attendre et combien de personnes faudra-t-il encore faire souffrir avant que les services soient enfin normés, ici comme ailleurs ?
(source : Déplacements Pros20MinutesVivreFM)

Saudi Arabia Airlines s'engage en faveur des passagers handicapés

(…)« Nous sommes parmi les tout premiers compagnies d'aviation à prendre soin des passagers avec handicap », déclare Abdullah Bin Masheb Al-Ajhar de la direction de la compagnie aérienne nationale saoudienne. « Nous fournissons un service complet aux voyageurs dans nos avions, pour les 27 vols domestiques ou les vols internationaux; il y a specialistes qui prennent en charge les personnes handicapées dès le départ et pendant le vol jusqu'à leur destination finale. » L'équipe spécialisé au sein du Saudia existe depuis 16 ans.

Al-Ajhar note encore que Saudia s'attache autant que possible à faciliter les déplacements des personnes handicapées en leur offrans des rabais de 50% discount sur leur billet.(…)

Saudia requiert que certains passagers se soumettent à un formulaire d'informations médicales (Medical Statement Information Model – MEDIF) durant la semaine suivant un voyage. Ce document ne s'applique toutefois pas aux vols de et vers les États Unis. Parmi les questions posées, il en est au moins une qui est pour le moins extravagante : "la présence du passager peut-il être ressenti comme inconfortable par les autres voyageurs par suite de son handicap physique ou comportemental."
(traduction libre. Source : Reduce Mobility)

Air Canada refoule une passagère pour des raisons… commodes

Christine 'Coco' Roschaert, 33 ans, sourde et aveugle, a décidé de porter plainte contre la compagnie car, après avoir passé les formalités une première fois, elle a été extraite hors de l'avion juste avant le décollage, avec l'obligation d'une inspection médicale. Motif invoqué une fois de plus : la sécurité en vol !
Bien que militante de la cause des personnes sourdes-aveugles, souvent en déplacement et voyageant régulièrement seule en avion, les responsables de vol Air Canada ont jugé qu'à cause de son double handicap et à moins que celui-ci soit atténué par un avis médical, elle ne pouvait correctement suivre les consignes de sécurité données avant le vol. Dès lors, à leurs yeux, il n'est pas acceptable que Christine Roschaert voyage sans accompagnement.
(source : CTVNews Canada )

Air Europa n'est pas mieux que les autres

Invoquant la réglementation européenne 1107/2006, la compagnie Air Europa a refusé de laisser enbarquer Mara Zabala, jeune femme de 33 ans, alors que celle-ci était parfaitement en règle et habituée des voyages d'affaire. Malherueusement, elle est également handicapée, en fauteuil roulant.
La compagnie s'appuie encore sur l'article 4 de ce règlement qui permet de refuser l'embarquement d'une personne handicapée non accompagnée en se basant sur de supposé critère de sécurité en vol et en particulier sur les problèmes que pourrait causer l'évacution d'une personnes handicapée non accompagnée en cas d'avarie.
(source : El País)

Ryan Air, les pratiques décriées de la compagnie low cost

La compagnie low cost, dans le collimateur de la justice, comparaît, à partir de jeudi 30 mai, devant le tribunal correctionnel d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) pour avoir enfreint le droit social français sur sa base de l'aéroport de Marseille

Le personnel s'en plaint. Et les passagers en souffrent aussi, non ? (source : FranceTV Info)
Lire également : Le FigaroLe ParisienLa Croix
Malheureusement, cette compagnie et clairement pas la seule puisque, comme le relatait l'article du 19 février 2013 dans AirJournal, le syndicat de pilotes BALPA – British Airline Pilots Association envisageait alors de lancer une grève dans la compagnie aérienne low cost EasyJet, lui reprochant les contrats offerts aux jeunes pilotes. De son côté, l'article de décembre 2012 paru dans Rue89, relatait des conditions précaires et peu chatoyant des employés d'Easyjet, notamment en France, Italie ou Espagne.

Thomson Airways, le service mais pas la manière

Deux Anglais de 27 et 24 ans se sont vu refuser leur vol en direction de Majorque qu'ils avaient pourtant réservé à deux semaines du grand départ, fixé au 8 mai 2013. Motif : Les deux passagers étant aveugles, ils étaient donc incapables de lire ou de visualiser les consignes de sécurité prodiguées à bord ! La compagnie aérienne leur a proposé alors deux alternatives : soit venir accompagnés d’un ami capable de les aider, soit se faire rembourser les billets. Seulement, à deux semaines du grand jour, voilà un départ qui commence très mal pour nos voyageurs… (source : Planet Actualités)

VAC NET Tours, à éviter à tout prix

Voyagiste bon marché c'est aussi un voyagiste sans services, qui se montre incapable de garantir l'accessibilité ou la qualité de voyage. C'est à vos risques et périls.

Couacs en série sur des vols Ryanair

Un avion Ryanair, qui transportait 160 passagers de Madrid vers les Canaries (Espagne), a dû faire demi-tour une heure après son décollage, vendredi 7 septembre 2012. La liste des incidents s'allonge pour la compagnie aérienne irlandaise à "ultra bas coûts" ces dernières semaines
Demi-tour pour une dépressurisation de cabine, c'est la raison invoquée par la compagnie, vendredi, pour justifier le demi-tour du vol FR2011 (Madrid-Gran Canaria). "Il n'y a eu aucune procédure d'urgence", a affirmé pour sa part une porte-parole d'Aena (Aéroports espagnols et navigation aérienne) à l'aéroport de Madrid-Bajaras.

Mardi 3 septembre, un avion Ryanair en provenance de Leeds (nord de l'Angleterre) a demandé à atterrir "en priorité" à Lanzarote (Canaries) pour "niveau faible de carburant".

C'est le quatrième incident de ce type relevé ces derniers semaines. (source: FanceTV Info - 7.09.2012)

Un voyageur handicaé… oublié dans l'avion par le personnel de bord

L’écrivain brésilien Marcelo Rubens Paiva, 53 ans, a été la victime d’une bévue incroyable mais vraie à l’aéroport Congonhas de Sao Paulo. Paraplégique, l’homme n’a pas pu descendre de l’avion avec les autres passagers pour la simple raison que le personnel de bord de la compagnie aérienne brésilienne TAM l’a simplement oublié.
Pour se sortir de cette mauvaise posture, le Brésilien a demandé de l’aide via Twitter : «J'ai été oublié par TAM dans un vol. Vol 3971. A Congonhas. Quelqu’un pourrait appeler et demander de l’aide?» (source: 20Minutes du 23 juillet 2012)

EasyJet refuse un passager dont le fauteuil roulant est jugé trop lourd

Le jeune Declan Spencer, habitant le Leicestershire, âgé de 12 ans et souffrant d’une dystrophie musculaire qui lui impose l’utilisation d’un fauteuil roulant électrique spécialisé de 95 kilos, accompagné de sa maman, se sont vus refuser l'accès à bord d'un avion Easyjet sous motif que, trop lourd, le fauteuil roulant électrique constituerait un risque pour la santé et la sécurité du personnel de bord.
(HandiMobilityDailymail MailOnline, 28.06.2011)

Air Canada vous offre un siège

Depuis 2009, les personnes handicapées ou obèses voyageant sur la compagnie nationale Air Canada peuvent bénéficier d’un deuxième siège sans frais supplémentaire, sur présentation d’un certificat médical. Pour en savoir plus :

Flybaboo refuse l'embarquement à un passager paraplégique

Alain Walon devait partir à Saint-Tropez. A l'aéroport, sa carte d'embarquement en poche, Flybaboo lui apprend qu'il ne pourra pas embarquer. Motif: il ne peut pas marcher seul!
(Le Matin, 13.07.2007)

EasyJet refuse deux aveugles et leur chien à bord d'un avion

Il ne fais pas toujours bon de prendre l'avion pour qui souffre d'un handicap. Après le refus de Flybaboo d'embarquer une personne en chaise roulante à Cointrin, c'est Easyjet qui se distingue en refusant l'accès à bord à deux aveugles accompagnés de leur chien sur la ligne Madrid-Genève.
Ce couple de sexagénaire devait voyager mardi matin et avait pourtant pris toutes les dispositions pour s'assurer que le chien qui leur sert de guide puisse les accompagner. Elles ont avisé les instances responsables 48 heures avant, rapporte "El Pais". Easyjet n'a toutefois pas tardé à reconnaître sa bourde, et parle d'une regrettable "erreur humaine". L'après-midi même, les deux aveugles purent voyager en compagnie de leur chien, avec 250 euros en poche en guise de dédommagement. Selon la loi espagnole, les chiens d'aveugles doivent pouvoir être acceptés dans n'importe quel transport ou établissement public.
(Le Matin Bleu, 23.07.2007)
Encore une affaire liée é EasyJet et parue dans un article du 24Heures, le 6 avril 2010 et également relayée par le magazine Bon à savoir : la compagnie refuse d'embarquer des personnes handicapées voyageant seules sans accompagnant !

La compagnie aérienne bon marché a débouté à l'aéroport de Nice, le 21 mars 2010 une voyageuse paraplégique réunionnaise de 38 ans, habitant Fréjus, Marie-Patricia Hoarau, pour avoir voulu voyager sans accompagnement... Mais Marie-Patricia Hoarau, jugeant clairement la situation pénalisante, a saisi la Haute Autorité française de lutte contre les discriminations et pour l’égalité - Halde.

«Une fois tous les passagers installés, le steward est venu me dire : on ne peut pas vous accepter car vous n'avez pas d'accompagnateur. Un passager, commandant de bord à la British Airways, s'est proposé de remplir ce rôle et je pensais que tout était réglé. Sauf que le commandant de bord a annoncé au micro que le vol allait avoir du retard»
Elle a alors été raccompagnée par l'assistance à l'intérieur de l'aéroport, jusqu'au comptoir d'easyJet, "sous les huées des autres passagers". (lire le témoignage de Marie-Patricia Hoarau)

Le ministre français du Travail, Éric Woerth, le secrétaire d'État aux Transports, Dominique Bussereau, et sa collègue chargée de la Famille, Nadine Morano, se sont déclarés "choqués par la situation vécue" par cette handicapée, dans un communiqué commun. (source: Airscoop France)

Malheureusement, ce cas n'est pas unique. Récemment encore, un avocat genevois en fauteuil roulant et en partance pour Berlin, A. P., a également été refusé en Suisse par la compagnie et pour le même motif. Thomas Haagensen, d’EasyJet Suisse SA, explique: «Nous agissons pour des raisons de sécurité.» Et il précise que cette consigne est stipulée dans le règlement de la compagnie.

Pourtant, personne n’en avait avisé Andres Perez au moment de la réservation! En réalité, les règles d’EasyJet restent floues et le règlement européen sur les droits des personnes à mobilité réduite dans le transport aérien n'est à peine plus précises. EasyJet semble donc jouer sur des consignes peu claires pour exiger de ses clients handicapés qu’ils voyagent avec un accompagnateur payant, lui aussi, le plein tarif.

«Notre réglementation est claire et chaque passager y souscrit lors de l'achat en ligne du billet", a-t-elle affirmé, rappelant que "conformément à la réglementation européenne, une compagnie aérienne doit pouvoir évacuer un appareil en 90 secondes", d'où la nécessaire présence d'un accompagnateur pour les passagers à mobilité réduite.», selon EasyJet France.

Est-ce plus une explication ou un prétexte? Difficile de croire, à les écouter, que toutes les autres compagnies acceptant des voyageurs handicapées seuls ou des personnes âgées seules, des voyageurs avec une jambe dans le plâtre ou simplement lents, mettent la vie de tout l'équipage en danger ou ne respecte pas les consigne de sécurité! Ces refus sont donc clairement discriminatoires et ne se justifient en rien.

Rappelons encore que tous les aéroports d'Europe, l'aéroport berlinois Schoenefeld, plus encore que l'aéroport de Genève, disposent tous de services d'accompagnement des voyageurs handicapés, autant pour les renseigner que pour les accompagner.
Compagnies de Cars et Bus :
Attention : Un bus moderne et un logo ne signifient souvent rien en terme de réelle accessibilité des bus et autocars…  À l'exemple ici d'un bus de transports publics brésilien (Ônibus) fabriqué par Scania (modèle K340) qui dispose bien d'un logo…  Et pourtant, on y trouve des marches et visiblement aucun élevateur. Par ailleurs, la largeur de la porte est de toute évidence bien insuffisante ! (source d'images)
Il en va de même avec bien d'autres bus…

Pour en savoir plus sur les bus – autocars et leurs accessibilités

Exemple d'un Busscar brésilien, fabrication Scanioa modèle K340, qui dispose d'un logo d'adaptation mais en fait ne l'est pas du tout !

  Nom Adresse & Détail
DillierBus
DillierBus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Köchli Reisen
Köchli Reisen
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Accessible
 
 
Accessible
 
Compagnies Ferroviaires :
ICE Deutsche Bahn
ICE
(Deutsche Bahn)
Espace réservé pour personnes en fauteuil
WC adaptés avec table de lange bébé
Compartiment du Chef de train ICE
Wagon N° 9 Accessible
Cisalpino Trentitalia
Cisalpino
(Trenitalia)
Espace réservé pour personnes en fauteuil
WC adadtés adjacents
Accessible
liens utiles :
FlightRight - portail du droit des passagers (en anglais ou allemand)
Office fédéral de l'Aviation Civile (OFAC) Droits de passagers en Europe Législation en faveur des personnes à mobilité réduite (en anglais) Mobilité en Europe
Office fédéral des Transports Bureau Suisse Personnes handicapées et transports publics SBB - CFF Chemins de fer fédéraux SBB - CFF Call Center Handicap Compagna Aide en Gare
EuroAirport Bâle Info Transports Transport Handicap - Vaud HandiCab - Allemagne Mobility International
Zürich Flughafen Aéroport de Genève - Cointrin Car Postal Forum Européen des Personnes Handicapées EDF-FEPH Reduced Mobility Rights
Liste des compagnies aériennes par pays Cory Lee - Air Travel for Wheelchair Users      
         
         
         
         
Cliquer ici pour me contacter ou faire des suggestions   Pour plus d'informations, n'hésitez pas à consulter les liens ici